ATTEINTES OSSEUSES

icone fleche

PÉRIOSTITE TIBIALE

Le mécanisme lésionnel est discutable, mais on peut assimiler cette douleur périostée à une lésion myo-tendino-périostée, à l’insertion du tibial postérieur. Elle est liée aux micro-traumatismes des contractions musculaires répétées.

La douleur est ressentie lors de la pratique sportive, généralement au tiers moyen de la face antéro-interne du tibia. Elle peut-être bilatérale, disparaît au repos, et ne gêne pas le quotidien.

Elle apparaît après un entrainement intensif inadapté, un changement de chaussures ou de surface de jeu.

A l’examen, la palpation réveille la douleur au niveau de la zone atteinte sur quelques centimètres, et peut parfois percevoir quelques irrégularités du périoste.

La scintigraphie osseuse permet de confirmer le diagnostic en objectivant une hyperfixation modérée en bande le long du bord antéro-interne du tibia. Elle permet également d’aider au diagnostic différentiel d’une fracture de fatigue, qui se traduit par une hyperfixation intense et localisée.

douleur tibia
TRAITEMENTS POSSIBLES :

  • Semelles orthopédiques adaptés.
  • Massage transverse profond (kinésithérapie)
  • K-tape
  • Repos
MÉTATARSALGIES podologue paris
TRAITEMENTS POSSIBLES :

  • Semelles orthopédiques adaptées.
  • Etirement pour redonner de la mobilité à l’articulation
  • Opération chirurgicale quand douleur trop invalidante.
icone fleche

MÉTATARSALGIES DU PREMIER RAYON

Les douleurs de l’articulation métatarso-phalangienne du gros orteil peuvent être purement statiques, ou en rapport avec une sésamoïdopathie, une fracture des sésamoïdes, un hallux rigidus ou encore un Hallux valgus en phase de déformation et en conflit avec le bord interne de la chaussure.

Le sportif décrit des douleurs de type mécanique à l’effort au niveau de l’articulation métatarso-phalangienne du gros orteil.

A l’examen, l’articulation est douloureuse à la palpation, les amplitudes articulaires peuvent être limitées notamment en cas d’hallux rigidus, ou encore dévié en cas d’hallux valgus.

Enfin on peut mettre en évidence une tendinite de l’abducteur du gros orteil.

Sur plateforme avec capteur de pression, on peut retrouver un hyper-appui localisé, en statique ou en dynamique.

Une scintigraphie osseuse peut être pratiquée à la recherche d’une fracture de fatigue des sésamoïdes.